Logo Amiem
diminuer la taille du texte | augmenter la taille du texte

L'actu

Au sein d’une entreprise, des évènements traumatiques peuvent survenir  (accident mortel, agression physique, suicide ou tentative, braquage, prise d’otage…)

L’Amiem met à votre disposition une équipe à votre écoute afin d’organiser les soutiens nécessaires aux salariés.

Contactez « Amiem Victimologie » au

02 97 37 11 11

Le travail de nuit et le travail posté sont des horaires dits « atypiques » et qui peuvent, de par leurs spécificités, engendrer des risques pour la santé.

La loi du 8 Août 2016 ainsi que son décret d’application ont modifié les modalités de suivi des travailleurs de nuit. Ainsi depuis le 1er Janvier 2017, les travailleurs de nuit bénéficient désormais d’une visite d’information de prévention réalisée préalablement à leur affectation sur le poste, soit par le médecin du travail ou bien, sous l’autorité de celui-ci, par le collaborateur médecin, l’interne en médecine du travail ou l’infirmier.

Parler d’usure professionnelle, c’est parler des traces du travail sur la santé des salariés, à long terme.

 

Les expositions répétées à des situations contraignantes génèrent des traces définitives sur la santé et altèrent la capacité et la qualité de vie au travail.

Le monde du travail évolue rapidement, de nouvelles formes de travail, d’usages et de pratiques professionnelles émergent. Le réseau national Présance, auquel les services de santé au travail adhèrent, a publié un document reprenant tous les engagements concrets, pour les 5 ans à venir, qui s’inscrivent dans les missions actuelles définies par la loi.

Vous envisagez de former vos salariés au sauvetage secourisme du travail pour vous garantir un premier niveau de prévention dans votre entreprise, pensez à contacter l'Association de Formation en Santé au Travail (AFST)


adherent adherent interimaires contact coordonnées espace téléchargement liens liens Newsletter E-Learning Sensibilisation contact

Risques professionnels dans les TPE et PME


D’après vous, les conditions de travail en TPE et PME sont-elles très différentes de celles des grandes entreprises ?



La dernière étude de la DARES sur les expositions aux risques professionnels dans les petits établissements nous révèle que les travailleurs des petits établissements ne sont pas plus exposés aux risques physiques, excepté pour les vibrations et la conduite sur la voie publique…Les expositions aux risques cancérogènes apparaissent plus fréquentes pour les salariés des TPE. En revanche, les risques organisationnels et psychosociaux sont nettement moins importants dans les petites entreprises.

 

Retrouvez l'intégralité de l'étude